Watchmen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter Ă  la navigation Sauter Ă  la recherche

Watchmen
Logo
Logo

Éditeur DC Comics
Format Série limitée
Date(s) de publication septembre 1986 – octobre 1987
Numéros 12
Personnages principaux Le Comédien
Dr Manhattan
Le Hibou
Ozymandias
Rorschach
Le Spectre soyeux II

Scénariste(s) Alan Moore
Dessinateur(s) Dave Gibbons

Watchmen (initialement publié en France sous le titre Les Gardiens) est une série de comic book américano-britannique, assimilable au roman graphique, créée par le scénariste Alan Moore, le dessinateur Dave Gibbons et le coloriste John Higgins.

La sĂ©rie met en scĂšne des super-hĂ©ros entiĂšrement originaux dans un univers parallĂšle Ă  celui de l'univers traditionnel de DC Comics. L'histoire repose sur une uchronie introduite par le Dr Manhattan, un ĂȘtre presque omniscient et omnipotent, issu d'un accident nuclĂ©aire en 1960. Alors que les autres justiciers masquĂ©s de la sĂ©rie sont des hommes ordinaires souvent dĂ©passĂ©s par leur propre statut et dont la lĂ©gitimitĂ© est fortement remise en cause, le Dr Manhattan reprĂ©sente l'arme absolue et permet aux États-Unis de remporter la guerre du ViĂȘt Nam, permettant Ă  Richard Nixon d'ĂȘtre rĂ©Ă©lu sans discontinuitĂ© depuis 1968 jusqu'au dĂ©but du rĂ©cit, en 1985. Alors que la Guerre froide atteint son paroxysme et que l'ombre d'une guerre nuclĂ©aire menace, le ComĂ©dien, un ancien super-hĂ©ros, est mystĂ©rieusement assassinĂ©. Dernier justicier encore actif, Rorschach dĂ©cide de mener l'enquĂȘte dans cet univers oppressant et dystopique.

PubliĂ©e mensuellement par DC Comics de 1986 Ă  1987, Watchmen est immĂ©diatement un succĂšs commercial et critique. La sĂ©rie obtient de nombreuses rĂ©compenses, notamment en 1988 oĂč elle devient le premier roman graphique Ă  remporter le Prix Hugo.

La série a été adaptée en film sous le titre Watchmen : Les Gardiens en 2009, puis en série télévisée sous le titre Watchmen en 2019.

Publication[modifier | modifier le code]

Auteurs[modifier | modifier le code]

Éditeurs en France[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Tome 1 : Le ComĂ©dien (1987)
  • Tome 2 : Dr Manhattan (1987)
  • Tome 3 : Rorschach (1988)
  • Tome 4 : Le Hibou (1988)
  • Tome 5 : Laurie (1988)
  • Tome 6 : Ozymandias (1988)

PrĂ©sentation de l’Ɠuvre[modifier | modifier le code]

Alan Moore au sujet de Watchmen

Je suppose que je me disais juste que c'Ă©tait une bonne maniĂšre de dĂ©marrer un comic : un super-hĂ©ros cĂ©lĂšbre retrouvĂ© mort. À mesure que le mystĂšre s'Ă©claircissait, nous voulions progresser de plus en plus profond dans le cƓur mĂȘme du monde des super-hĂ©ros, et montrer une rĂ©alitĂ© trĂšs diffĂ©rente de l'image de super-hĂ©ros du grand public[2].

Création[modifier | modifier le code]

En 1985, DC Comics rachĂšte plusieurs licences de personnages Ă  Charlton Comics[3]. À cette Ă©poque, l'Ă©crivain Alan Moore envisage d'Ă©crire une histoire qui reprendrait des super-hĂ©ros en dĂ©suĂ©tude pour les remettre en valeur, comme il l'avait fait avec Miracleman au dĂ©but des annĂ©es 1980. Moore juge que les Mighty Crusaders de MLJ Comics pourrait convenir Ă  son projet, il imagine alors une intrigue dĂ©butant avec la dĂ©couverte du corps du Shield dans un port : au fur et Ă  mesure de l'histoire, le lecteur entrerait ainsi de plus en plus en profondeur dans le monde des super-hĂ©ros pour y dĂ©couvrir une rĂ©alitĂ© trĂšs lointaine de l'image publique du super-hĂ©ros[4].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le smiley taché de sang des Watchmen.

L'histoire des Watchmen se dĂ©roule en 1985, dans une uchronie oĂč des super-hĂ©ros ayant cessĂ© leur activitĂ© de justiciers semblent disparaĂźtre un Ă  un, alors que la TroisiĂšme Guerre mondiale menace d'Ă©clater Ă  tout moment avec le bloc de l'Est. L'apparition en 1959 du Dr Manhattan, un surhomme dotĂ© de pouvoirs en faisant presque l'Ă©gal d'un dieu, a modifiĂ© l'histoire que nous connaissons : les États-Unis ont gagnĂ© la guerre du ViĂȘt Nam, le scandale du Watergate a Ă©tĂ© Ă©touffĂ©, le pĂ©trole n'est plus une des principales sources d'Ă©nergie, et Richard Nixon est toujours prĂ©sident en 1985. L'album est entrecoupĂ© de plusieurs pages de documents Ă©crits issus de l'univers des Watchmen. Articles de journaux, longs passages du journal intime de l'un des personnages, ces documents ne servent pas directement l'intrigue du rĂ©cit mais permettent de donner une profondeur au monde dĂ©crit.

La menace[modifier | modifier le code]

1985. Deux inspecteurs de police tentent de comprendre ce qui a amenĂ© un sexagĂ©naire bodybuildĂ© Ă  traverser la baie vitrĂ©e de son appartement et Ă  s'Ă©craser une dizaine d'Ă©tages plus bas. Ayant conclu Ă  l'assassinat d'un homme ayant certaines relations haut placĂ©es, les policiers quittent la scĂšne de crime. Un personnage masquĂ© arrive alors sur les lieux : Rorschach. Celui-ci, appelant la victime « Le ComĂ©dien Â», suppose qu'il a Ă©tĂ© assassinĂ© non pour ce qu'il avait fait ou faisait, mais parce qu'il Ă©tait un super-hĂ©ros. Rorschach fait alors le tour de ses anciens collĂšgues afin de les tenir au courant de ses conclusions et de les mettre en garde.

Le Hibou II, Ozymandias, Dr Manhattan et sa compagne le Spectre soyeux II ont diffĂ©rentes rĂ©actions. Si le Hibou semble culpabiliser Ă  propos de la mort du ComĂ©dien et de son passĂ©, le Spectre est ravie, n'ayant jamais apparemment supportĂ© l'individu, pas plus qu'elle ne supporte Rorschach. Ozymandias regrette la mort du ComĂ©dien, mais pense que les conclusions de Rorschach ne sont que le fruit d'une paranoĂŻa, habituelle chez lui. Dr Manhattan paraĂźt plutĂŽt indiffĂ©rent Ă  la nouvelle, et ne rĂ©agit qu'Ă  la demande de sa compagne Laurie, tĂ©lĂ©portant hors de sa demeure Rorschach, malgrĂ© les protestations de celui-ci. Rorschach, aprĂšs ses anciens collĂšgues, va voir un ancien ennemi : Moloch. Celui-ci lui avoue qu'il a bien rencontrĂ© le ComĂ©dien la veille de sa mort. Le ComĂ©dien aurait fait irruption chez lui, ivre, l'aurait rĂ©veillĂ© pour le menacer, parlant d'une liste oĂč le nom de Moloch se trouvait, ainsi que d'autres personnes (dont la premiĂšre compagne de Dr Manhattan). Moloch, souffrant d'un cancer important et mortel, n'opposa aucune rĂ©elle rĂ©sistance au ComĂ©dien, pas plus qu'Ă  Rorschach ; le ComĂ©dien aurait fini par s'apitoyer sur son sort, passant d'une crise de larmes Ă  de la colĂšre. Rorschach le laisse, en lui disant qu'il va revenir chercher des infos, et que Moloch a intĂ©rĂȘt Ă  en trouver.

Quelques jours aprĂšs l'enterrement du ComĂ©dien, devant tous ses anciens collĂšgues (exceptĂ© Rorschach), Laurie et Dr Manhattan ont une violente dispute, au sujet principalement de l'indiffĂ©rence de Manhattan Ă  l'Ă©gard de Laurie et du reste de l'humanitĂ© en gĂ©nĂ©ral. Laurie part de la base militaire oĂč ils sont domiciliĂ©s, pour rejoindre Dan Dreiberg (le Hibou) afin de diner. Petit Ă  petit, le passĂ© de l'AmĂ©rique et celui des hĂ©ros se dĂ©voilent.

Personnages[modifier | modifier le code]

Le Comédien[modifier | modifier le code]
Richard Nixon, prĂ©sident des États-Unis depuis 1969

Eddie Blake est l'un des derniers membres vivants des Minutemen, groupe de super-héros des années 1940, dont faisait partie la mÚre de Laurie, Sally Jupiter, alias le Spectre soyeux I. Attiré par elle, Blake tenta de la violer, mais il fut stoppé par le Juge Masqué, un autre membre des Minutemen. Plus tard, malgré le ressentiment de Sally, ils couchÚrent ensemble, concevant alors vraisemblablement Laurie.

Lorsque les Minutemen, ayant perdu plusieurs de leurs membres Ă  la suite des investigations de la commission des activitĂ©s anti-amĂ©ricaines, furent dissous, Blake fut chargĂ© d'opĂ©rations spĂ©ciales pour le gouvernement amĂ©ricain. Il est suggĂ©rĂ© qu'il participa Ă  l'assassinat de Kennedy, aux opĂ©rations faites pour masquer le scandale du Watergate, mais Ă©galement Ă  la guerre du ViĂȘt Nam, en compagnie du Dr Manhattan. Devant ce dernier, alors que la guerre prenait fin, il abattit une vietnamienne enceinte de lui, qui l'avait dĂ©figurĂ© avec un tesson de bouteille.

De retour aux États-Unis, Blake fit la connaissance de sa fille lors d'une rĂ©union organisĂ©e pour crĂ©er un nouveau groupe de super-hĂ©ros (les Crimebusters), comprenant les autres protagonistes de l'histoire. Il sabota d'ailleurs cette rĂ©union, en expliquant de façon cynique que le mal ne se trouvait plus dans les rues, comme Ă  son Ă©poque, et que les hĂ©ros ne pouvaient plus rien faire. Lorsque Nixon obligea les super-hĂ©ros Ă  arrĂȘter leurs activitĂ©s en 1977, Blake continua Ă  travailler pour le gouvernement amĂ©ricain.

Dr Manhattan[modifier | modifier le code]
Symbole du Dr Manhattan.

Jonathan Osterman est un scientifique, fils d'un horloger ; celui-ci lui ordonna, alors que le bombardement d'Hiroshima venait d'avoir lieu, d'arrĂȘter de se passionner pour les montres et de se tourner vers la physique nuclĂ©aire. Devenu chercheur dans un laboratoire du gouvernement, il y rencontre Janey Slater, qui est immĂ©diatement attirĂ©e par lui. Mais en 1959, alors que leur relation devient plus intime, Jonathan se retrouve bloquĂ© par accident dans une piĂšce contenant une machine servant Ă  tester la dĂ©sintĂ©gration de la matiĂšre. Il est alors dĂ©sintĂ©grĂ©, mais se reconstitue petit Ă  petit avant de rĂ©apparaĂźtre dans le monde rĂ©el. Devenu quasi omnipotent, omniscient, et immortel, il est engagĂ© par le gouvernement amĂ©ricain comme super-hĂ©ros et scientifique sous le nom de Dr Manhattan. Son existence, rendue publique, crĂ©e de nombreux changements : introduction de la motorisation Ă©lectrique dans les transports dĂšs les annĂ©es 1960, victoire lors de la guerre du ViĂȘt Nam en 1971. Sa prĂ©sence sur le sol amĂ©ricain rend Ă©galement quelque peu inutile la course aux armements que se livraient l'URSS et les États-Unis, ces derniers bĂ©nĂ©ficiant dĂ©sormais avec lui d'un avantage dĂ©finitif.

Mais Osterman, mĂȘme s'il est vivant, est dĂ©finitivement Ă  l'Ă©cart du reste de l'humanitĂ©. Omniscient, il voit le passĂ©, le prĂ©sent et le futur se dĂ©rouler en mĂȘme temps, ce qui le rend assez dĂ©tachĂ© face aux Ă©vĂšnements qui touchent ses proches. Il rompt au bout d'une dizaine d'annĂ©es avec Janey Slater, pour entamer une relation avec Laurie, alias le Spectre soyeux II. Continuant de travailler pour le gouvernement amĂ©ricain, il est mis sur la sellette lorsqu'un journaliste l'accuse d'avoir irradiĂ©, par sa seule existence, certains de ses proches et de ses ennemis, en rĂ©vĂ©lant que Moloch, Janey Slater et l'un de ses anciens compagnons d'arme souffrent tous ou sont morts de cancer. Cette accusation ayant Ă©tĂ© profĂ©rĂ©e envers lui quelques heures aprĂšs le dĂ©part de Laurie, et le gouvernement amĂ©ricain souhaitant enquĂȘter sur cette possible irradiation, Manhattan dĂ©cide de quitter la Terre pour s'installer sur Mars.

Le Spectre soyeux II[modifier | modifier le code]

Laurie est la fille du Spectre soyeux I, et, officiellement, de son mari et imprésario, deux membres des Minutemen. Destinée par sa mÚre à devenir une super-héroïne, alors que cette derniÚre avait dû abandonner sa carriÚre pour l'élever, elle se rapproche tout d'abord du Comédien, attirée par son cynisme. La confession par sa mÚre du viol qu'il avait perpétré sur elle la met en rage, et elle le prend violemment à partie quelques années plus tard, alors qu'il devait recevoir une distinction pour ses actions. Elle entame alors une relation avec Dr Manhattan, puis le quitte au bout d'une quinzaine d'années, exaspérée par son détachement de plus en plus visible des sentiments humains.

Laurie est vraisemblablement la fille du Comédien. Elle ne prend conscience de ceci que peu aprÚs avoir quitté Dr Manhattan, lors d'une conversation avec celui-ci. Lorsqu'elle quitte Dr Manhattan, elle trouve refuge auprÚs de Dan Dreiberg, l'ancien Hibou II, avec qui elle commence une liaison.

Le Hibou II[modifier | modifier le code]

Dan Dreiberg, féru d'ornithologie, a pris la succession du premier Hibou, avec lequel il dine chaque semaine. Il inventa un grand nombre d'équipements pour faciliter son travail. Proche de Rorschach, il fit équipe avec lui pour lutter contre la pÚgre new-yorkaise, mais souhaitait créer un groupe de super-héros, contrairement à son partenaire et aux autres héros de l'époque. Il prit sa retraite en 1977, pour éviter d'avoir à communiquer son identité, se contentant désormais d'écrire des articles d'ornithologie. Sa liaison avec Laurie le convainc petit à petit de rendosser son costume et de reprendre ses activités héroïques.

Rorschach[modifier | modifier le code]
Exemple de test de Rorschach, qui se retrouve sur le masque de Rorschach

Walter Kovacs est le fils d'une prostituĂ©e, qui le maltraite et le traumatise. PoussĂ© Ă  bout par deux petites frappes, il les agresse violemment. À la suite de cet incident, il est retirĂ© Ă  la garde de sa mĂšre et placĂ©. EmbauchĂ© plus tard dans un atelier de confection, il est fascinĂ© par une robe confectionnĂ©e Ă  l'aide d'un tissu mouvant inspirĂ© par le test de Rorschach. Apprenant le meurtre brutal de la cliente Ă  qui le vĂȘtement Ă©tait destinĂ©, il dĂ©cide de devenir un super-hĂ©ros pour lutter contre de tels crimes. Il se confectionne un masque Ă  partir du motif, et prend le nom de Rorschach. En civil, on le voit se promener en ville (acheter le journal, Ă  l'enterrement du ComĂ©dien) avec une pancarte annonçant la fin du monde. Il fait Ă©quipe avec le Hibou II, dont il apprĂ©cie la compagnie, mĂȘme s'il n'est pas d'accord avec certaines de ses idĂ©es. Travaillant seul sur l'enlĂšvement d'une fillette, il dĂ©couvre que celle-ci a Ă©tĂ© tuĂ©e, dĂ©coupĂ©e en morceaux et donnĂ©e Ă  manger aux chiens du ravisseur. Il tue les chiens et brĂ»le vif le ravisseur sans autre explication. Cet Ă©vĂšnement donne naissance en lui Ă  sa seconde personnalitĂ© : Rorschach, caractĂ©risĂ©e par une extrĂȘme violence, mais aussi une impartialitĂ© Ă  toute Ă©preuve. Il commence alors Ă  employer les mĂ©thodes les plus expĂ©ditives contre les criminels et refuse d'arrĂȘter ses activitĂ©s comme l'impose le gouvernement amĂ©ricain en 1977. Il devient donc un paria, recherchĂ© autant par la police que par la mafia. Ceci ne l'empĂȘche pas de continuer Ă  lutter contre le crime Ă  sa façon particuliĂšre : il n'hĂ©site pas Ă  torturer ou tuer les personnes qu'il rencontre du moment qu'ils ont commis des actes qu'il estime immoraux, quelle que soit la gravitĂ© de ceux-ci.

Lors de son enquĂȘte sur la mort du ComĂ©dien, il est contactĂ© par Moloch, qui lui affirme dĂ©tenir les informations qu'il lui avait demandĂ©. Mais Moloch est mort lorsque Rorschach arrive, et la police, prĂ©venue, arrĂȘte et enferme Kovacs dans une prison oĂč sont enfermĂ©s de nombreux criminels qu'il a fait arrĂȘter.

Ozymandias[modifier | modifier le code]
Alexandre coupant le nƓud gordien, symbole pour Ozymandias de la pensĂ©e latĂ©rale.

Adrian Veidt, prodige physique et intellectuel, fait un long voyage sur les traces d'Alexandre le Grand Ă  la suite du tragique dĂ©cĂšs de ses parents. Il devient ensuite super-hĂ©ros, puis, alors que les super-hĂ©ros sont encore tolĂ©rĂ©s, il dĂ©cide de prendre sa retraite et de se consacrer au monde des affaires, exploitant sa rĂ©putation et celle de ses anciens collĂšgues en faisant produire figurines et produits dĂ©rivĂ©s. Il devient trĂšs riche en s'intĂ©ressant Ă  de nombreux domaines : parfum, livraison, vĂȘtements, voitures Ă©lectriques, etc. Il peut ainsi faire construire un Ă©norme bĂątiment en Antarctique, y pratiquant de nombreuses expĂ©riences sur la gĂ©nĂ©tique notamment.

Alors qu'il se trouve Ă  New York, au siĂšge de son conglomĂ©rat, il est victime d'une tentative d'assassinat d'un homme qui se suicide ensuite, malgrĂ© les efforts de Veidt pour l'en empĂȘcher. Cette tentative, faisant suite Ă  l'assassinat du ComĂ©dien et au dĂ©part provoquĂ© du Dr Manhattan, donne plus de crĂ©dit Ă  la thĂ©orie de Rorschach sur le « tueur de masques Â».

Suite des Ă©vĂšnements[modifier | modifier le code]

Alors que Rorschach est en prison, et qu'un psychiatre s'occupe de lui, la tension internationale gĂ©nĂ©rĂ©e par le dĂ©part du Dr Manhattan augmente. Les SoviĂ©tiques envahissent l'Afghanistan, et progressent en direction du Pakistan. Les thĂ©ories de l'Ă©quilibre de la terreur n'ayant jamais rĂ©ellement Ă©tĂ© appliquĂ©es, le futur devient de plus en plus incertain pour les États-Unis, dont les habitants et le gouvernement commencent Ă  craindre une attaque nuclĂ©aire.

Le Hibou et le Spectre soyeux dĂ©cident d'aller libĂ©rer Rorschach de sa prison, afin qu'il les aide Ă  trouver le responsable des actions menĂ©es contre leur groupe. Le Dr Manhattan emmĂšne ensuite Laurie sur Mars, oĂč il lui propose de rester avec lui, supposant que la Terre va bientĂŽt ĂȘtre dĂ©truite et ne souhaitant pas intervenir. Laurie le supplie et le convainc d'agir. Pendant ce temps, Rorschach et le Hibou ont dĂ©couvert que c'est Ozymandias qui tire les ficelles et qui a trompĂ© tout le monde. ArrivĂ©s en Antarctique, les deux compĂšres tentent de le neutraliser, mais il est bien trop rapide pour eux.

Veidt leur explique la raison de son plan, et son dĂ©roulement : sentant venir un conflit direct entre l'URSS et les États-Unis, il a dĂ©cidĂ© de faire apparaĂźtre une forme de vie monstrueuse, soi-disant extraterrestre au cƓur de Manhattan, afin de contraindre les superpuissances Ă  s'allier pour contrer cette fausse menace. Le ComĂ©dien avait dĂ©couvert que Veidt avait rassemblĂ© des artistes, gĂ©nĂ©ticiens et autres savants afin de concocter ce scĂ©nario sans qu'il y ait de faille. Le ComĂ©dien en sachant trop, Veidt l'avait donc tuĂ©. Dr Manhattan Ă©tant un alliĂ© d'un trop grand poids du cĂŽtĂ© amĂ©ricain, Veidt l'avait discrĂ©ditĂ© en faisant irradier des personnes proches de lui, afin de le faire partir. Il s'Ă©tait ensuite occupĂ© de neutraliser Rorschach, trop mĂ©fiant, en lui tendant un piĂšge.

De retour Ă  New York, Dr Manhattan et Laurie voient le carnage provoquĂ© par Ozymandias, et dĂ©cident de partir en Antarctique pour l'arrĂȘter. Dr Manhattan, bien qu'il doive subir lĂ  une nouvelle destruction de son corps provoquĂ©e par Veidt, arrive Ă  le neutraliser. Mais l'objectif de Veidt est atteint : les mĂ©dias relaient les informations de demande de paix des deux puissances, qui veulent se liguer contre l'ennemi commun. Le Hibou, le Spectre soyeux et Dr Manhattan comprennent alors que dĂ©voiler la vĂ©ritĂ© au monde risquerait de le faire rebasculer dans le chaos ; ils dĂ©cident alors de garder le silence sur les actions de Veidt.

Seul Rorschach ne veut pas faire de compromis et part de la base en souhaitant informer l'opinion. Mais le Dr Manhattan s'interpose et Rorschach comprend qu'il ne le laissera pas mettre un terme au plan de Veidt. Il laisse alors Manhattan le tuer, sachant que c'est le seul moyen de l’empĂȘcher de parler. Manhattan part ensuite pour l'espace, dĂ©finitivement cette fois-ci. Veidt reste seul dans sa base, ayant tuĂ© les seuls employĂ©s proches de lui. Laurie et Dan restent ensemble, mais sont obligĂ©s de se cacher des autoritĂ©s pour avoir fait Ă©vader Rorschach.

Le journal intime de Rorschach, rapportant tout ce que savait ou supposait son auteur avant de partir pour l'Antarctique, a été envoyé par Kovacs à un journal anticommuniste, qui recherche un nouveau sujet à la suite de la paix instaurée.

Univers[modifier | modifier le code]

Dans l'univers Watchmen, les États-Unis ont remportĂ© la victoire au ViĂȘt Nam, grĂące au Dr Manhattan.

Richard Nixon est encore prĂ©sident des États-Unis en 1986 - il en serait alors Ă  son cinquiĂšme mandat -, Ă  la suite d'un amendement constitutionnel en 1975 permettant de faire plus de deux mandats (rendant caduc le XXIIe amendement de la Constitution des États-Unis)[5].

Ironiquement, il n’y a plus de comic de super-hĂ©ros, le genre prĂ©fĂ©rĂ© des lecteurs Ă©tant devenu les bandes dessinĂ©es de pirates.

Personnages[modifier | modifier le code]

Watchmen devait originellement reprendre plusieurs super-héros que DC Comics venait de racheter à Charlton Comics. Finalement, Alan Moore a mis en scÚne des super-héros entiÚrement originaux mais dont les caractéristiques sont toutefois en grande partie inspirées des personnages de Charlton Comics.

Analyse[modifier | modifier le code]

Graffiti inspiré du comic

Cette série d'histoires de super-héros sans super-pouvoir (hormis le Dr Manhattan) montre des protagonistes qui vieillissent, connaissent la corruption, le doute, la folie et la dépression. L'intrigue part du meurtre d'un super-héros avec la fin du monde qui menace en toile de fond. Le thÚme central, symbolisé par un smiley qui revient de façon récurrente dans l'album, est le sens de la vie dans le chaos de l'univers.

Le titre est un jeu de mots sur le double sens du mot watch qui en anglais signifie regarder, surveiller, mais désigne également une montre. Ainsi le récit se divise en 12 chapitres qui s'ouvrent à chaque fois sur une horloge qui s'approche de minuit. On retrouve réguliÚrement dans le récit cette image du temps qui avance inexorablement vers la fin du monde, notamment par l'introduction récurrente de la tache de sang en forme d'aiguille d'horloge que l'on retrouve sur le smiley de la couverture.

Il constitue Ă©galement une rĂ©fĂ©rence Ă  la locution latine « Quis custodiet ipsos custodes? Â» (« Qui garde les gardiens eux-mĂȘmes ? Â»), extraite d'une Satire de JuvĂ©nal. On retrouve sa traduction en anglais (« Who watches the watchmen ? Â») dessinĂ©e sur les murs dans quelques images de cette bande dessinĂ©e, la lĂ©gitimitĂ© des super-hĂ©ros Ă  faire rĂ©gner l'ordre ayant Ă©tĂ© remise en cause au cours des annĂ©es prĂ©cĂ©dentes.

L'Ɠuvre est graphiquement trĂšs riche, comportant un grand nombre d'Ă©lĂ©ments faisant Ă©cho aux dialogues et Ă  l'histoire. Le chapitre 5, intitulĂ© « Terrible symĂ©trie Â», est ainsi construit comme un palindrome : la premiĂšre page fait Ă©cho Ă  la derniĂšre, que ce soit sur le thĂšme, la mise en page ou les personnages mis en image. Ce palindrome dont la page centrale est une scĂšne d'action, reproduit les motifs symĂ©triques et toujours changeants du masque de Rorschach, du nom du test.

Le rĂ©cit s'attarde sur quelques personnages secondaires, dont les vies personnelles sont mises en perspective de l'histoire complĂšte. Une des grandes qualitĂ©s du scĂ©nario rĂ©side prĂ©cisĂ©ment dans cet entremĂȘlement des histoires, des vies et des destins : le lecteur est frĂ©quemment renvoyĂ© Ă  des Ă©vĂ©nements du passĂ© qui peu Ă  peu Ă©clairent la situation prĂ©sente, par touches successives. On se retrouve mĂȘme Ă  lire deux comics en mĂȘme temps, car Alan Moore parvient Ă  glisser au cƓur de sa narration, et parallĂšlement Ă  celle-ci, une histoire de pirates que lit assidĂ»ment un personnage secondaire.

RĂ©compenses[modifier | modifier le code]

Cette sĂ©rie a Ă©tĂ© Ă©ditĂ©e par DC Comics Ă  partir de 1986. Elle a obtenu un franc succĂšs critique, qui s'est traduit par l'obtention du prix Hugo, dĂ©cernĂ© pour la premiĂšre fois Ă  une bande dessinĂ©e, du Prix Eisner de la mini-sĂ©rie 1988, ainsi que par le prix du meilleur album Ă©tranger au festival d'AngoulĂȘme en 1989[6], le Prix Max et Moritz de la meilleure publication de bande dessinĂ©e en allemand en 1990 et le Prix Urhunden de la meilleure bande dessinĂ©e traduite en suĂ©dois en 1992. Par ailleurs la bande dessinĂ©e a Ă©tĂ© classĂ©e par le journal amĂ©ricain Time parmi les 100 meilleurs romans en langue anglaise depuis 1923[7].

L'album a Ă©tĂ© classĂ© en 2012 Ă  la 5e place du classement des 50 BD essentielles Ă©tabli par le magazine LIRE[8].

Adaptations[modifier | modifier le code]

WatchmenBloodySmiley.png

Le film Watchmen : Les Gardiens rĂ©alisĂ© par Zack Snyder (L'ArmĂ©e des morts, 300, Man of Steel), sort en 2009. Produit par Paramount Pictures, il rassemble des acteurs peu connus du grand public : Jeffrey Dean Morgan dans le rĂŽle de Eddie Blake (Le ComĂ©dien), Carla Gugino dans celui de Sally (le Spectre soyeux I), Malin Akerman dans celui de Laurie (le Spectre soyeux II), Jackie Earle Haley dans celui de Rorschach, Matthew Goode dans celui de Ozymandias et Patrick Wilson dans celui de Dan (Le Hibou II)[9].

Alan Moore, le scénariste du comics, a essayé de s'opposer à l'adaptation de son ouvrage au cinéma[10]. Il ne figure d'ailleurs pas au générique, au contraire de Dave Gibbons qui y est qualifié de coauteur.

Le comic a ensuite été adapté au format motion comic[11].

La série télévisée Watchmen, produite par HBO et écrite par Damon Lindelof (scénariste de Lost et co-créateur The Leftovers), est censée se dérouler de nos jours, aprÚs les événements de la bande-dessinée. Celle-ci est diffusée à partir du .

Projets avortĂ©s 

Terry Gilliam (Brazil, Las Vegas Parano) évoque une adaptation au cinéma peu aprÚs la publication du comic mais le projet est finalement annulé[12]. Darren Aronofsky[13] (Requiem for a Dream, Pi) puis Paul Greengrass[14] (Bloody Sunday, La Mort dans la peau) sont annoncés à la réalisation du futur film sous la banniÚre de Warner Bros., mais ces adaptations sont également abandonnées aprÚs quelque temps.

Before Watchmen[modifier | modifier le code]

En 2012, l'Ă©diteur DC Comics annonce plusieurs sĂ©ries sur les protagonistes dans une action se situant avant l'Ɠuvre originale : Before Watchmen (en). Alan Moore ne prend pas part Ă  ces nouvelles versions, sujettes Ă  controverses[15]. De grands auteurs ont la lourde tĂąche de donner vie au passĂ© de Rorschach, du Hibou, du ComĂ©dien
 comme Darwyn Cooke, Joseph Michael Straczynski, Brian Azzarello, le coloriste de Watchmen John Higgins et l'Ă©diteur de l'Ă©poque Len Wein. Le rĂ©sultat est finalement bien accueilli par la critique et le public[rĂ©f. nĂ©cessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalitĂ© issu de l’article de WikipĂ©dia en anglais intitulĂ© « Watchmen Â» (voir la liste des auteurs).
  1. ↑ Panini
  2. ↑ (en) Jon B. Cooke, « Toasting Absent Heroes - Alan Moore Interview Â», Comic Book Artist, TwoMorrows Publishing,‎ (lire en ligne) :

    « I suppose I was just thinking, 'That'd be a good way to start a comic book: have a famous super-hero found dead.' As the mystery unraveled, we would be led deeper and deeper into the real heart of this super-hero's world, and show a reality that was very different to the general public image of the super-hero. Â»

  3. ↑ (en) Michael Eury et Dick Giordano, Dick Giordano: Changing Comics, One Day at a Time, TwoMorrows Publishing, (ISBN 1-893905-27-6), p. 124
  4. ↑ (en) Jon B. Cooke, « Toasting Absent Heroes - Alan Moore Interview Â», Comic Book Artist, TwoMorrows Publishing,‎ (lire en ligne)
  5. ↑ page 119 de l'Ă©dition en un volume chez Delcourt, chapitre 4 L'horloger, tome 2 Dr Manhattan de l'Ă©dition en 6 albums
  6. ↑ MattĂ©o Sallaud, « BD : au festival d’AngoulĂȘme, le prix du meilleur album prend du poids chaque annĂ©e Â», Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  7. ↑ (en) Lev Grossman, « All-TIME 100 Novels - Watchmen Â», Time Magazine,‎ (lire en ligne, consultĂ© le 21 avril 2012)
  8. ↑ Lire.fr, novembre 2012
  9. ↑ « Casting Watchmen : les Gardiens Â», sur AllocinĂ© (consultĂ© le 21 avril 2012)
  10. ↑ Thomas Sotinel, « RENCONTRE Zack et Debbie Snyder : « Comment faire accepter un film oĂč Batman n'arrive plus Ă  avoir une Ă©rection Â» Â», Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. ↑ (en) « Watchmen Motion Comic Â», Watchmenmotioncomic.com (consultĂ© le 9 mars 2011)
  12. ↑ « Terry Gilliam parle du Watchmen de Zack Snyder Â», sur ActucinĂ©, (consultĂ© le 21 avril 2012)
  13. ↑ (en)David Thompson, « Film: Zap! Kapow! Comic-book heroes and villains coming to a cinema near you Â», The Independent,‎ (lire en ligne, consultĂ© le 21 avril 2012)
    (enregistrement requis pour accéder au texte intégral)
  14. ↑ (en)Dave mcNary, « Setting his 'Watch': Par eyes Greengrass to helm superhero saga Â», Daily Variety,‎ (lire en ligne, consultĂ© le 21 avril 2012)
    (enregistrement requis pour accéder au texte intégral)
  15. ↑ Dave Itzkoff, « DC Plans Prequels to Watchmen Series Â», sur nytimes.com, The New York Times, (consultĂ© le 3 fĂ©vrier 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bryan D. Dietrich, « The Human Stain : Chaos and the Rage for Order in Watchmen Â», Extrapolation, University of Texas at Brownsville, vol. 50, no 1,‎ , p. 120–144 (ISSN 0014-5483 et 2047-7708, DOI 10.3828/extr.2009.50.1.9).
  • Thierry Groensteen, « De Watchmen Ă  From Hell : quelques obsessions et procĂ©dĂ©s rĂ©currents dans l’Ɠuvre d'Alan Moore Â», NeuviĂšme Art, no 6,‎ , p. 102-107.
  • Thierry Groensteen, « Alain moore et Dave Gibbons, Watchmen (Les Gardiens) Â», dans Un art en expansion. Dix chefs-d'Ɠuvre de la bande dessinĂ©e moderne, Les Impressions nouvelles, (ISBN 978-2-87449-300-3), p. 69-101
  • (en) Jamie A. Hughes, « Who Watches the Watchmen ? : Ideology and '"Real World" Superheroes Â», The Journal of Popular Culture, vol. 39, no 4,‎ , p. 546–557 (DOI 10.1111/j.1540-5931.2006.00278.x).
  • (en) William Irwin (dir.) et Mark D. White (dir.), Watchmen and Philosophy : A Rorschach Test, John Wiley and Sons, coll. Â« The Blackwell Philosophy and Pop Culture Series Â», , 240 p. (ISBN 978-0-470-39685-8, prĂ©sentation en ligne).
  • (en) Erin M. Keating, « The Female Link : Citation and Continuity in Watchmen Â», The Journal of Popular Culture, Blackwell Publishing, vol. 45, no 6,‎ , p. 1266–1288 (DOI 10.1111/j.1540-5931.2011.00808.x).
  • (en) Kathleen McClancy, « Watchmen Â», dans Randy Duncan et Matthew J. Smith (dir.), Icons of the American Comic Book : From Captain America to Wonder Woman, vol. 2, Greenwood Publishing Group / ABC-CLIO, coll. Â« Greenwood Icons Â», , XV-920 p. (ISBN 978-0-313-39923-7), p. 795-802.
  • (en) Peter Y. Paik, From Utopia to Apocalypse : Science Fiction and the Politics of Catastrophe, Minneapolis (Minnesota), University of Minnesota Press, , 207 p. (ISBN 978-0-81665-079-8 et 978-0-8166-5078-1), « Utopia Achieved : The Case of Watchmen Â», p. 23-70.
  • (en) Michael J. Prince, « Alan Moore's America : The Liberal Individual and American Identities in Watchmen Â», The Journal of Popular Culture, Blackwell Publishing, vol. 44, no 4,‎ , p. 815–830 (DOI 10.1111/j.1540-5931.2011.00864.x).
  • (en) Elizabeth Rosen, « "What's That You Smell Of ?" : Twenty Years of Watchmen Nostalgia Â», Foundation : The International Review of Science Fiction, vol. 35, no 98,‎ , p. 95–98.
  • (en) Christian W. Schneider, « "Nothing ever ends" : facing the apocalypse in Watchmen Â», dans Matthew J. A. Green (dir.), Alan Moore and the Gothic Tradition, Manchester University Press, , 328 p. (ISBN 978-0-7190-8599-4, prĂ©sentation en ligne), p. 84-102.
  • (en) Claire Sheridan, « Radical coterie and the idea of sole survival in St Leon, Frankenstein and Watchmen Â», dans Matthew J. A. Green (dir.), Alan Moore and the Gothic Tradition, Manchester University Press, , 328 p. (ISBN 978-0-7190-8599-4, prĂ©sentation en ligne), p. 179-194.
  • Clotilde Thouret et Renaud Pasquier, « Watchmen, Ă  deux voix Â», Labyrinthe : Atelier interdisciplinaire, Paris, Maisonneuve et Larose, vol. 3, no 25 « La bande dessinĂ©e, ce qu'elle dit, ce qu'elle montre Â»,‎ , p. 69-82 (ISBN 2-952-613-12-5, ISSN 1288-6289, lire en ligne, consultĂ© le 30 mars 2016).
  • (en) Sara J. Van Ness, Watchmen as Literature : A Critical Study of the Graphic Novel, Jefferson (Caroline du Nord), McFarland & Company, , 211 p. (ISBN 978-0-7864-4475-5, prĂ©sentation en ligne).
  • (en) Matthew Wolf-Meyer, « The World Ozymandias Made : Utopias in the Superhero Comic, Subculture, and the Conservation of Difference Â», The Journal of Popular Culture, vol. 36, no 3,‎ , p. 497–506 (DOI 10.1111/1540-5931.00019).
  • (en) Kent Worcester, « Rorschach Â», dans Randy Duncan et Matthew J. Smith (dir.), Icons of the American Comic Book : From Captain America to Wonder Woman, vol. 2, Greenwood Publishing Group / ABC-CLIO, coll. Â« Greenwood Icons Â», , XV-920 p. (ISBN 978-0-313-39923-7), p. 623-630.
  • AurĂ©lien Lemant (prĂ©f. Nicolas Tellop), Watchmen : Now : Dieu, comics et super-hĂ©ros, Vernet (France), Ă©ditions Aedon, coll. Â« Le Club de la Bande DessinĂ©e Â», , 120 p. (ISBN 979-1096613052).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre, distribué sous license GFDL (liste des auteurs)
Pour accéder à la version originale de cet article ou pour participer à Wikipédia, il sous suffit de suivre ce lien
An article from Wikipedia, the free encyclopedia, distributed under GFDL (authors)
To view the original version of this article or to improve Wikipedia, just follow this link